Le 35e RA : Régiment d'Artillerie de Vannes durant la Première Guerre Mondiale

Publié le par Nikro56

Le 35e RA est caserné à Vannes (56). Il compte 9 batteries équipées du célèbre canon de 75. Ce canon est jugé excellent mais à un défaut notamment par rapport au 77 Allemand, sa portée est plus courte, soit 5.5 km. Cela explique les nombreux duels au corps à corps qu'on du subir les artilleurs Français durant la grande guerre.

1914 :

Le premier engagement du 35e RA se déroule à Maissin en Belgique le 22 août 1914. Les artilleurs seront en soutient notamment des 62e et 116e RI. Tous les régiments qui se sont battus à Maissin ont connu des pertes effroyables. Maissin est considérée comme une victoire, mais de courte durée.

Le 28 août, le 35e RA se bat à Bulson puis le 2 septembre à Prosnes (près de Mourmelon). Le 35e prend une part active à la bataille de la Marne et se bat sur les lieux les plus prestigieux de cette bataille tel Fère Champennoise et Vitry le François.

Toujnours en soutiens des 62e et 116e RI, le 35e RA se bat et perd beaucoup d'hommes les 7et 8 septembre à Lenharrée et Connantray. Cette bataille de Lenharrée est terrible. Les Français surpris se défendent au corps à corps. Les artilleurs défendent leurs pièces à la baïonnette. Le régiment est cité à l'ordre de l'Armée à cette occasion.

Le 35e participe ensuite à la course à la mer, traverse la Marne et arrive dans la Somme. Le régiment est séverement accroché à Saint-Pierre-de-Bitry le 10 octobre.

 

1915 :

Pendant huit mois le 35e RA reste dans la Somme et parfait son instruction. En août le régiment prend position au nord de Suippes près des hameaux Perthes, Mesnil e des Hurlus. Le régiment participe à la grande offensive de Champagne.

En soutient des 62e, 116e RI (entre autre), le 35e s'épuise à Tahure. Devant son courage exemplaire, le 35e RA est à nouveau cité à l'ordre de l'armée.

 

1916 :

Le 35e RA est engagé dans la bataille de Verdun dès le 30 mars 1916. Le régiment paye un lourd tribu durant 4 semaine notamment dans le secteur des Planchettes.

En mai le régiment est relevé et passe quelques mois à l'arrière.

En novembre le 35e RA retrouve le front et participe à la reprise du fort de Vaux.

 

1917 :

Le 35e RA est engagé dans la bataille du Chemin des Dames (Aisne) du 19 avril au 20 mai 1917. I

Il participe également à la bataille de la Somme puis se bat à nouveau sur le chemin des dames. Il appuie en effet l'assaut qui permit la reprise du fort de la Malmaison le 23 octobre 1917.

Cette année 17 marque une accalmie dans le nombre de morts pour le 35e RA. Ceci est certainment du à la dynamique d'offensive.

 

1918 :

En mars devant l'offensive Allemande menée par les troupes de Von Hutler, la 22e DI (à laquelle appartient le 35e RA) est jetée dans la brèche pour "colmater".  Ce mois de mars est terrible pour les artilleurs du 35e RA qui à Ployon le 28 et à Montdidier Rollot le 31 mars doivent se battre à la baïonnette comme aux pires heures de 1914. A cette occasion le régiment est honoré de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre (verte et rouge).

Une offensive allemande gigantesque éclate le 27 mai alors que le régiment est au repos à Euilly. C'est le jour le plus sombre de l'Histoire du régiment. Les canonniers souffrent sous des tonnes d'obus et les gaz ennemis. Les canons sont sabordés et les documents détruits par les officiers. La 22e DI est anéantie.

En juin le régiment est mis au repos en Alsace. Il faut 2 mois au régiment pour se réorganiser. Le 35e RA participe aux derniers combats de la guerre. En septembre il appuie l'assaut sur Souin.

En octobre il épaule l'offensive sur Somme-Py.

Epilogue :

En tout se sont 5 citations qui récompensent le 35e RA. Retiré du front le régiment participera à la reconstruction des départements martyrisés par la guerre.

Le 17 février 1919 le régiment reçoit le privilège de pouvoir porter la fourragère jaune de la médaille militaire.

Cet article a été fait grâce à l'excellent ouvrage du Lt Col Frédéric Gontier : Enquête sur les soldats du 35e RAC Morts pour la France (1914-1918), Tarbes 2005.

Je tiens à préciser que tout renseignement, photo, ou fiche MPF (je les recense) est le bienvenue. Merci!!

Publié dans grandeguerre56

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FERY Daniel 15/02/2016 13:09

Bonjour, mon épouse Eveline Dauphin Guégan retrouvé des informations concernant son grand père GUEGAN Jean Louis né au 4 chemins de BRECH canton de Pluvigner département du MORBIHAN .

Sa plaque militaire renseigne GUEGAN Jean 1912 au verso LORIENT 2984.
J'ai retrouvé sa fiche sur www.archives.morbihan.fr fiche 708/730 classeur 1912 LORIENT .
Je suis adjudant technicien armement armée de l'air Belge retraité.
L'an dernier, j'ai participé avec mes copains de la base de BERTRIX a une commémoration au cimetière de ANLOY et MAISSIN à proximité de notre base.

J'y ai rencontré des Bretons et des gars de Montauban ( infanterie) venus honoré la mémoire des héros français venus défendre nos Ardennes belge .

J'y ai trouvé une tombe au nom de Jean GUEGAN ( cimetière d'ANLOY)peut être un frère ou un cousin du grand père de mon épouse.

Jean Louis Guegan avait 8 frères et 2 sœurs.

Je m'intéresse à l'histoire de ce grand père car en Meuse F55, nous allons commémorer le 100 éme anniversaire de la bataille de VERDUN.

Ma petite fille âgée de 12 ans a fait un travail sur la bataille de VERDUN , elle a été contactée par monsieur le maire de FLEURY ( village martyr).

Le sang BRETON ( dilué avec du sang LORRAIN) coule dans ses veines est fier d'honoré l'endroit ou son ancêtre à combattu.

KENAVO..

Yvonne Souillé Nédélec 08/08/2014 17:30


Bonjour,


Je fais des recherche sur mon Gand-Père qui était au 35è Régiement d'artillerie. DCD Le 27 décembre 1954 à Paris. J' ai trouvé son numéro de matricule   612, mais pas sa fiche militaire.
Archives numériques  en 2015.


Mais je peux vous envoyer 2 photos de mon grand-père en militaire.


Pourriez-vous me donner votre mail. Afin de vous faire parveni les photos.


Je vous en remerci par avance.


Cordialement

BILLAUDEAU 29/07/2014 09:54


Je peux vous fournir la photo d'un soldat du 35ème régiment d'artillerie déclaré mort (non mort pour la France) le 20 décembre 1918. Sa fiche matricule militaire nous apprend qu'il se serait
suicidé à Bodange (province du Luxembourg en Belgique), alors qu'il a survécu à 4 années de guerre en tant que canonnier. Nous aimerions pouvoir comprendre ce qui s'est passé, mais le jugement
déclaratif de décès est introuvable aux AD de la Roche sur Yon.


A quelle adresse mail puis-je vous faire parvenir sa photo ?

Gillissen 13/07/2008 19:27


A PARAÎTRE LE 10 SEPTEMBRE 2008

O. R. Bouyssou Brigadier ¬ 18e Régiment d'Artillerie de Campagne ¬ 7e Batterie CAMPAGNE CONTRE L'ALLEMAGNE 1914 ¬ 1919 Mon Journal Préface de Frédéric Rousseau Cahier iconographique 8 p., dessins en N & B d'André Warnod ISBN 2¬912883¬78¬0 ¬ 14,3 x 20,6 ¬ 448 p. env. ¬ 25 €
Le Journal Indépendamment de l'extraordinaire expérience humaine qui lui a donné
naissance, le Journal de Guerre d'O Bouyssou (manuscrit qui vient
miraculeusement d'être retrouvé) s'impose tout à la fois par son
ampleur ¬ il couvre la période 1914¬1919 ¬ et par la richesse et la
précision de ses notations qui constituent une mine d'informations sur
le quotidien d'un soldat que son parcours a conduit sur les principaux
fronts : l'Artois, la Lorraine, la Champagne, Verdun (à plusieurs
reprises), la Somme, Compiègne, l'Aisne et l'Oise. Le préfacier : Frédéric Rousseau Spécialiste de la Première Guerre mondiale, Frédéric Rousseau est
Professeur d'histoire contempo¬raine française à l'Université Paul
Valéry de Montpellier. Depuis 2006, il est par ailleurs à la tête
du laboratoire de l'Unité Mixte de Recherche dont l'objet l'Homme
confronté à l'institution militaire en temps de paix comme en temps de
guerre : études de la conscription, des combattants, de la mémoire, des
représentations, des phénomènes de crises et de conflits dont
l'évolution actuelle dans le monde est venue rappeler l'importance. Publications de Frédéric Rousseau * Le Cri d'une génération (Privat, 2001) * La Guerre censurée. Une histoire de combattants européens (Seuil, 1999 ¬ Points Seuils 2003) * Le Procès des témoins de la Grande Guerre : L'Affaire Norton Cru (Seuil, 2003) * La Grande Guerre : En tant qu'expériences sociales (Ellipses, 2006) L'Illustrateur : André Warnod André Warnod, né à Giromagny le 24 avril 1885 et mort à Paris le 10
octobre 1960, est un écrivain,critique d'art et dessinateur français
qui fut le premier à lancer l'appellation École de Paris. Ses dessins et croquis de guerre ¬ extraits de deux de
ses ouvrages : Prisonnier de guerre, notes et cro¬quis rapportés
d'Allemagne (1915) et Petites images du temps de guerre (1918) ¬
restituent avec force et simplicité l'esprit et la réalité d'une époque. À noter que ces dessins n'ont jamais été réédités depuis 90 ans. TÊTES DE CHAPITRES L'ARTOIS du 9 septembre 1915 au 6 mars 1916 LA LORRAINE (Nancy) du 7 mars 191 au 23 avril 1916 LA CHAMPAGE (Butte du Mesnil) du 24 avril 1916 au 16 juin 1916 LA SOMME (avec l'Armée anglaise) du 19 juin 1916 au 11 octobre 1916 VERDUN (Froide¬Terre, Montgrignon) du 12 octobre 1916 au 30 novembre 1916 LA POINTE SAINT¬MIHIEL, SAINT¬GATIEN, LIOUVILLE Du 1er décembre 1916 au 14 mars 1917 LA CHAMPAGNE (Moronvillers) du 15 mars 1917 au 22 mai 1917 LA POINTE SAINT¬MIHIEL, BONCOURT Du 23 mais 1917 au 10 décembre 1917 VERDUN (Ravin de la Dame) Du 11 décembre 1917 au 9 février 1918 LA POINTE SAINT¬MIHIEL, LES ÉPARGES Du 1er février 1918 au 17 mai 1918 VERDUN (Ravin de la Dame) Du 18 mais 1918 au 10 juin 1918 FRONT DE COMPIÈGNE ¬ LONGUEIL SAINTE¬MARIE D u 11 juin 1918 au 17 juin 1918 L'AISNE ¬ LA VICTOIRE DE L'OURCQ Du 18 juin 1918 au 23 août 1918 SUR L'AILETTE ¬ LA VICTOIRE DE CONCYLE CHÂTEAU Du 24 août 1918 au 10 octobre 1918 L'OISE ¬ LA VICTOIRE DE GUISE Du 11 octobre 1918 au 5 novembre 1918 LA POURSUITE Du 6 novembre 1918 au 10 novembre 1918 L'ARMISTICE et le RETOUR Du 11 novembre 1918 au 12 mars 1919 * POUR COMMANDER CET OUVRAGE (expédition fin août - envoi franco de port) Merci d'adresser un chèque de 25 euros à : Editions LES 3 ORANGERS 13 avenue de Saint-Mandé 75012PARIS * POUR DÉCOUVRIR LE CATALOGUE DES ÉDITIONS LES 3 ORANGERS www.les3orangers.com

Marie-Christine 02/03/2006 19:49

Bonjour, je découvre par hasard ce blog sur google, je viens de commencer un nouveau blog avec les carnets qu'a tenu mon grand-père durant la grande guerre, si cela vous intéresse
http://grand-papa.over-blog.com