Un poilu de la Grande Guerre nous quitte...

Publié le par Nikro56

Ferdinand Gilson 107 ans est décédé samedi 25 févirer 2006. Il était le denier poilu du Loiret encore en vie.

Ferdinand a été incorporé en 1917 dans un régiment d'Artillerie (31e RA). Il connut son bâptème du feu en Belgique en 1918.

Il connaitra toutes les terribles souffrances de la guerre, l'odeur de la mort, les rats, les obus qui sifflent mais aussi le gaz moutarde. Ferdinand est gaz& à deux reprises et sera évacué sur Fontainebleau afin de se rétablir. Il y débutera une formation d'officier. C'est là qu'il apprendra la fin de la guerre.

Depuis Ferdinand Gilson n'a eu de cesse de raconter son histoire, la cruauté de la guerre. Ce poilu de 1917 n'a jamais eu la haine de l'Allemand, c'est ce qui le caractèrise et ce qui à fait sa force...

Notons que Ferdinand entrera en 1940 dans la résistance, fabriquant des faux papiers et cachant des parachutistes américains.

En février 1996 la France lui remet la Légion d'honneur à titre d'ancien combattant de la Guerre 14-18.

Qu'il repose en paix aux côté de ses frères d'armes...

Publié dans grandeguerre56

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JM 10/11/2006 16:02

Quand les journalistes demandaient à Ferdinand Gilson ce qu\\\'il ressentait vis à vis des allemands, il répondait toujours, qu\\\'il préférait les allemandes...Cepandant comme il est signalé dans cette présentation, il n\\\'a jamais considéré les allemands en tant qu\\\'ennemis par nature, car eux même embarqués dans le même bateau, celui menant à l\\\'enfer. Je me souviens de Ferdinand Gilson au journal de 13 heures sur France 2 alors qu\\\'il était agé de 101 ans, en 2005 lors d\\\'un reportage je le vis à nouveau aux infos, je fus ravi de voir qu\\\'il était encore en vie. Il déclara ce jour là que la guerre était la plus grande des conneries.Debout la main gauche sur son déambulateur, il prena de sa main droite ,la  main gauche de sa compagne , une femme qu\\\'il connu plus 60 ans auparavant, ce fut un geste un tendresse fort qui de la part d\\\'un homme aussi agé me marqua  , ensuite le regard vif ,il salua la caméra.