Hommage rendu à un Aviateur lorientais de la guerre 14-18

Publié le par Nikro56

Paul Marcel Teste (1892-1925) : Pionnier de l'aviation

Son enfance et sa formation :

Paul Marcel Teste est né le 2 Octobre 1892 à Lorient (Morbihan). Il était le fils d'un Adjudant du 1er RA de Marine de Lorient et d'une lorientaise, Alida Durand.

Après de brillantes études Paul Marcel Teste se présente à l'école Navale en 1909. Il n'a que 17 ans.

En 1911 il devient Aspirant, puis Enseigne de Vaisseau 2e classe en 1912.

La Guerre :

Lors de la déclaration de cette Première Guerre Mondiale, Teste est nommé Enseigne 1ère classe.

Il prend part aux opérations en Méditerranée et en Adriatique.

Le pilotage l'attire beaucoup et à sa demande il est affecté en qualité d'Observateur aux escadrilles B101 et B102 de Dunkerque (équipées d'Hydravions réputés lents et peu maniables. L'Hydravion en est à ses début puisque le 1er vol d'Hydravion date du 28 Mars 1910.

Le 26 Mai 1917, lors d'une patrouille, les Hydravions sont interceptés par une patrouille de chasse Allemande et sont abattus. L'Enseigne de Vaisseau Teste bien que blessé tient tête aux avions Allemands mais n'a d'autre choix que d'amerrir. Il est fait prisonnier.

La détention en Allemagne :

Teste est emprisonné à Karlsruhe. Il s'évade une première fois mais est rapidement repris. Il est alors envoyé dans un camp disciplinaire à Magdebourg. Il parvient à nouveau à s'évader et regagne la France afin de reprendre le combat.

En Septembre 1918 il devient Lieutenant de Vaisseau et devient instructeur sur Hydravion.

Un Pilote courageux et exemplaire :

Pour son courage, sa bravoure (1 blessures et 2 évasions), Paul Teste reçoit de nombreuses distinctions et notamment :

-  La légion d'Honneur avec cette citation : " Officier d'Elite, d'une Bravoure et d'un dévouement au-dessus de tout éloge, au cours d'une patrouille contre des sous-marins, attaqué par des avions de chasse ennemis, a soutenu courageusement le combat. A bord de son Hydravion, mis hors de combat et coulant bas d'eau, à donné des preuves magnifiques du plus absolu mépris du danger et du plus noble esprit de sacrifice".

- La croix de Guerre avec palmes (citation à l'ordre de l'armée).

Paul Teste pionnier de l'Aviation :

Paul Test a survécu aux derniers mois du conflit et peut désormais se consacrer à des projets de recherche.

Devant son enthousiasme et son talent Teste est nommé chef de l'Aviation d'Escadre et est chargé des études pour un matériel plus performant à partir des bâtiments à la mer.

Le 20 Octobre 1920 il réussit l'exploi de réaliser le premier apontage de l'Aviation maritime Française.

Il renouvellera cet explois devant les autorités militaires. Il est alors nommé Capitaine de Corvette en Juillet 1922.

En 1924, le ministre de la Marine lui demande de bien vouloir rejoindre son cabinet militaire.

Le jour tragique de Juin 1925 :

Alores qu'il effectuait des essais en vue d'un raid sans escale entre Paris et Karachi, l'avion du Commandant Teste s'écrase et ce juste après le décollage. Sévèrement brûlé ile décède le lendemain, le 13 Juin 1925.

Ses obsèques ont lieu 4 jours plus tard à Paris devant les autorités civiles et militaires.

 

L'Hommage des Lorientais :

 

Le Commandant Teste sera inhumé au cimetière de Carnel à Lorient le 25 Juin 1925. Un foule de lorientais vinrent rendre hommage à leur frère mort trop jeune, trop tôt...

Paul Teste sera fait Commandeur de la Légion d'Honneur et Capitaine de Frégate à titre posthume.

Les hommages militaires lui sont rendu par un détachement du 118e RI de Quimper, le compagnie des Fusiliers Marins, les sections du 3e dépot, la section de l'école des apprentis mécaniciens ainsi que par les porteurs de décorations et la famille du commandant.

Le 23 Décembre 1925, le conseil municipal décide d'attribuer à l'une des rue de Lorient le nom du Commandant Teste.

Cet article a été rendu possible grâce à l'extraordinnaire travail de M. Patrick Bollet. A voir absolument son ouvrage :

 BOLLET Patrick, Lorient, Le Cimetière de Carnel, Lorient, 1993.

 

 

Publié dans grandeguerre56

Commenter cet article