Les Bretons dans la Grande Guerre

Publié le par Nikro56

Monument aux morts de Perros Guirrec (22)

 

La Bretagne a été saignée durant la première guerre mondiale.

Le breton est en général rural, il parle mal ou pas le Français. Il a la réputation d'être courageux et bon soldat.

Toute cette corrélation d'éléments nous permet d'expliquer pourquoi les régiments bretons étaient souvent envoyés en première ligne se faire décimer (au même titre que les tirailleurs sénégalais, marocains ou algériens).

Les premiers signes d'une possible guerre apparaissent en Bretagne sous la plume d'un journaliste du quotidien Ouest Eclair daté du 23 juillet 1914. Le quotidien titre : "L'Autriche menace à nouveau la paix".Notons que les Bretons lisent peu ces quotidiens jugés trop coûteux. L'annonce de la guerre précipitera les bretons vers ces même journaux.

Parmis les 21 corps qui composent l'armée Française en 1914,  deux sont bretons : Le Xe corps ayant pour centre Rennes et le XIe basé à Nantes.

En Bretagne il y eu 13 villes de mobilisation :

- Rennes, Vitré, Dinan, Lorient, Vannes, Pontivy, Ancenis, Nantes, Quimper, Brest, St Brieux, St Malo et Guingamp.

A Lorient la mobilisation est proclamée le 2 aout 1914 à 0h.

Les Bretons subissaient souvent des brimades au Front. On leur reprochait leur manque d'instruction et surtout le fait qu'ils ne parlaient pas ou mal le français.

Les Bretons représentaient l'essentiel des effectifs de le marine. 96% des cannoniers, 95% des manoeuvriers, 85% des torpilleurs, 90% des matelots étaient bretons.

La  Bretagne est triste et on n'assiste pas aux scènes de liesse souvent décrites à tort. Les hommes partent en pleine moisson, laissant les femmes aux champs. On assiste tout de même à des scène excessives de patriotisme. Par exemple un enfant de 7 ans est présenté au bureau de recrutement de Morlaix.

Voici les villes de garnison bretonnes et leurs régiments (37000 hommes) :

- Rennes : 41e RI, 24e Dragon, 7e et 50e d'artillerie

- St Malo : 47e RI

- Vitré : 70e RI

- Nantes : 65e RI, 3e Dragon et 50e RA

- Ancenis : 64e RI

- Vannes : 116e RI, 28e et 35e RA

- Lorient : 62e RI et 1er RA coloniale

- Pontivy : 2e chasseurs

- Quimper : 118e RI

- Brest : 19e RI, 2e, 32e, 52e RI coloniale, 2e dépot des équipages de la  flotte

- St Brieux : 71e RI

- Guingamp : 48e RI

- Dinan : 10e RA et 13e Hussard

De nombreux bretons issu de la diaspora du 19e et début 20e siècle explique la présence de nombreux bretons dans les régiments Normands, d'Anjou, de Vendée ou de Dordogne. On trouvera plus tard dès 1917 des Bretons dans les régiments américains venus prêtés main forte aux alliés.

Au total on estime à 150 000 le nombre de bretons tués lors de la grande guerre ce qui représente 19% des engagés. Les annecdotes macabres ne manquent pas. Le 2e RI colonial de Brest passa en une journée de 3326 à 476 hommes...

Nivelle à dit : "Ce que j'en ai consommé du Breton"

NDLR : Nombre de ces infos sont tirées des excellents ouvrages de M Roger Laouenan sur le sujet.

 

 

                                                                      

 

Publié dans grandeguerre56

Commenter cet article

Barbier simeon 03/10/2013 19:23


Bonjour ,bon site ,je recherche des informations sur un militaire du 116e RI de VAnne Nom Boulard Louis Marie Jean Grade lieutenant  Mort a Louvercy (Marne) le 3 Sept 1914  .Si vous
avez des infos  lieu de sépulture et autre .Merci pour la famille .